Histoire de la fonderie


L'histoire de Tellin, village entre Lesse et Lhomme, est étroitement liée à l'art campanaire.

 

La cloche existe depuis l'Antiquité. Les Chinois en fabriquaient déjà deux mille ans avant notre ère. Les premiers Chrétiens en firent un symbole d'appel, de ralliement et de communication. Selon la tradition, saint Paulin (353-431), évêque de Nole (Italie, Campanie), introduisit l'usage des cloches dans l'Église.

 

Les cloches furent d'abord fondues sur place, à proximité des églises et monastères, par des fondeurs itinérants appelés saintiers à cause des effigies de saints qui décoraient leurs cloches. En effet, les moyens de communication ne permettaient pas de transporter des charges importantes. De plus, les octrois à payer aux entrées des villes, au passage d'un pont, augmentaient le coût des cloches. C'était donc les fondeurs qui se déplaçaient. Les principales dynasties de fondeurs (Joris, Perrin, Gaulard, Causard,...) provenaient de villages du Bassigny, dans la Haute-Marne, en Lorraine française.

 

 

L'église de Tellin connut bien des déboires. Détruite par un incendie en 1653, elle fut reconstruite en 1713. Une nouvelle cloche, oeuvre de Charles Joris, fut baptisée en 1735. Avant la révolution française, l'église de Tellin semble avoir été abandonnée et en 1792, les habitants demandèrent à Saint-Hubert de la restaurer. La cloche fut alors confiée à Perrin-Gaulard.

 

Vers 1806, un incendie ravagea le village de Tellin. En 1821, l'église fut à nouveau brûlée ainsi que les trois quarts des habitations. Elle fut reconstruite en 1829. Une cloche de 806 livres ¾ fut coulée au pied du clocher en 1832 par Charles Causard. Tous les fondeurs étaient unis d'une façon ou d'une autre par des liens familiaux. Charles Causard apprit le métier auprès de son oncle, Joseph Perrin.

 

En Belgique, le système libéral favorise le commerce et supprime les droits et taxes hérités des anciennes structures ; les routes sont plus confortables. Les fondeurs se sédentarisent et les fonderies se multiplient. À Tellin, Charles Causard rencontre Lucienne Slégers qu'il épousera en 1834. En 1832, il décide de construire une fonderie fixe qu'il installe dans un atelier de pièces en fer. Certaines circonstances favorisent l'installation de Charles Causard à Tellin. Des Postes importantes y favorisent les échanges de courrier. De plus, le village compte de nombreuses petites entreprises : une fonderie de fer, des tisserands de toile de chanvre, des briquetiers, des sabotiers, une maréchalerie,... Enfin, on y trouve l'argile, le bois, le charbon de bois, la mine de plomb,...

 

De Charles Causard à Georges II Slégers, de 1832 à 1970, quatre générations de maîtres fondeurs vont se succéder à la tête de l'entreprise familiale. Grâce à sa situation sur la route de la diligence qui reliait la France à l'Allemagne, la fonderie connut un essor économique remarquable, favorisé également par la nécessité de reconstruire le patrimoine religieux détruit lors de la révolution française, et par la multiplication des paroisses et donc des églises suite aux appels du Vatican à marquer le siècle par une présence massive et visible de l'Église.

 

Des milliers de cloches furent coulées dans l'atelier du Val des Cloches. On en retrouve au Canada, en Colombie, en Corée,... La plupart des villages des alentours sonnent les cloches de Tellin. Citons en exemple le bourdon de l'Abbaye de Maredsous, d'un poids de sept tonnes, qui porte une inscription latine que l'on peut traduire ainsi :

 

Des amis m'ont donné à l'abbé Colomba

Pour son jubilé

Les Allemands me brisèrent et m'emportèrent

Lorsque sévit la guerre

Avec la paix je revins

Deux fois, à Tellin, Slégers me fondit

Deux fois la Reine me donna son nom

Elisabeth

Les deuils et les allégresses

C'est moi qui les chante

Si on me touche

 

 

 

 

Guy DE PLAEN, Les cloches de Tellin vers 1830, Tellin Fonderie, une fenêtre sur le patrimoine, mars 2016 n°1, pp.16-22.

C.E.M. Réthymnon, I.E.A.C. L'Isle-Jourdain, Musée de Tellin, Cloches Carillons Musique, Commune de Tellin, 1998.

Philippe SLÉGERS, Il était une fonderie de cloches à Tellin, s.l., 2004.